. Beautiful . Dirty . Rich .

Boulime (Mia)

La boulimie nerveuse peut être décrite comme une suite d'épisodes d'hyperphagie (pendant lesquels le sentiment de "perte de contrôle" sur l'alimentation prédomine) suivis d'épisodes de purges (par des laxatifs, des diurétiques, des lavements ou par vomissements), ces épisodes de purge étant sous-tendus par la volonté de ne pas prendre de poids.
Pour être défini comme comportement boulimique, ces épisodes doivent se produire en moyenne au moins deux fois par semaine, sur au moins 3 mois consécutifs.

 

Cette maladie touche principalement des femmes (1 homme pour 9 femmes en proportion), dans une tranche d'âge un peu plus élevés que pour l'anorexie (20-25 ans en moyenne).
Les personnes boulimiques sont en apparence des femmes de poids normal, voire légèrement supérieur à la moyenne, plutôt soignées et sûres d'elles-même, parfois ambitieuses.
En réalité, ce sont des personnes qui n'ont pas confiance en elles, qui cherchent continuellement à être bien considérées par leur entourage, mais qui comprennent très bien l'ambiguïté de la situation, du "mensonge" dans lequel elle vivent : elles donnent à voir une personne qui n'est pas elles! D'où des moments de conflit internes, des sentiments, des colères qu'elles n'expriment qu'au travers de la crise boulimique. Celle-ci peut se déclencher suite à un changement, parfois minime, mais qu'elles ne maîtrisent pas. Cette crise est en général amplifiée par les restrictions alimentaires précédentes, restrictions initiées dans l'optique de perdre du poids; d'ailleurs, les aliments consommés pendant les crises de boulimie sont très souvent des aliments très riches sur le plan énergétique, ou des aliments "interdits" si l'on veut perdre du poids.

 

La crise est redoutée par la personne boulimique, mais lorsqu'elle se déroule, c'est un moment d'intense satisfaction, suivi, à l'arrêt de la compulsion, par des sentiments de tristesse, de culpabilité...

 

Il est très difficile de "remarquer" la maladie, car les personnes qui en souffrent n'ont pas de réels problèmes de poids, n'évitent pas l'alimentation et les repas, et les crises se déroulent bien évidemment en cachette.

 




04/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres