. Beautiful . Dirty . Rich .

Fight Club, David Fincher.

"That old saying, how you always hurt the one you love, well, look, it works both ways."

 

Pourquoi Fight Club? Tout simplement parce qu'après avoir vu ce film, j'me suis sentie changée.

On ne ressort pas indemne d'une expérience cinématographique comme celle-ci, surtout quand on est une complète ignorante de la beauté de cet art, de sa complexité, de sa magnificence, de toutes les émotions qu'il peut procurer.

 

"You have to consider the possibility that God does not like you. He never wanted you. In all probability, he hates you. This is not the worst thing that can happen. We don't need Him. Fuck damnation, man, fuck redemption! If we are God's unwanted children, so be it!"

 

J'avais 4 ans lors de sa sortie, je ne l'ai vu qu'une décennie plus tard, et pourtant le sujet abordé me -et nous- concerne toujours autant; lutter contre cette société de consommation au paroxysme de sa schizophrénie ou bien y succomber tel un pauvre mouton vers l'abattoir...?!

Fincher ne nous offre pas la clé de l'énigme sur un plateau d'argent, mais nous pousse à la réflexion pour ainsi la trouver, cette foutue clé, quelque part dans notre esprit. 

 

"It's only after we've lost everything that we're free to do anything."

 

& A chacun sa clé, à chacun sa façon de penser, à chacun son choix, pourvu seulement qu'on soit conscients de nos décisions...

 

"You're not your job. You're not how much money you have in the bank. You're not the car you drive. You're not the contents of your wallet. You're not your fucking khakis. You're the all-singing, all-dancing crap of the world."

 

2h15min de génie. 2h15min de chef d'œuvre. 2h15min pour succomber au charme du 7ème art.

 

"When people think you're dying, they really, really listen to you, instead of just... 
- instead of just waiting for their turn to speak?"

 

Un dénouement inattendu. Une scène finale à couper le souffle. Un couple hors du commun.

Un Edward Norton talentueux. Une Helena Bonham Carter plus surprenante que jamais.

Une chanson mythique. Un Brad Pitt comme on l'a rarement vu. 2h15min que j'aurais voulu éternelles...

 

 "You met me at a very strange time in my life."

 


 

Le roman dont il est tiré fait partie de ma liste pour Noël. =D



18/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres